Alabama mon amour

C’est une démarche sans but, un blog comme ça. Pour écrire ce qu’une française peut ressentir après dix-neuf ans aux US, New York, Californie, Alabama… Alors enjoy, ou pas.

14 février 2011

L'aide aux sentiments

Caroline du Sud, début des années 1970, une classe de 5ème dans un quartier petit bourgeois. L'enseignante essaie de faire parler ses élèves de leur expérience sur des évènements liés à la ségrégation récemment bannie et déclarée inconstitutionnelle dans cet état du sud des États-Unis. Elle est elle-même noire.  L'une des fillettes, blanche prend la parole.  Comme la plupart de ses camarades de classe, elle a  été élevée par une nourrice noire, qui venait chez elle 6 jours par semaine, pour les enfants, le ménage, les courses,  Elle finit par ces mots:  "Elle m'aimait."

L'enseignante la regarde et lui répond que non, sa nourrice ne l'aimait pas, elle était payée pour s'occuper d'elle, l'élever et faire le ménage, mais non, d'amour, point.

La gamine laisse passer quelques secondes, elle a les larmes aux yeux et dit finalement:  "Moi, je l'aimais."

L'adulte est troublée mais continue son cours.  A la fin, comme tous les élèves quittent la classe, elle s'approche de la fillette et lui dit:  "Tu sais... en fait... elle t'aimait sûrement."


 


C'est par cette anecdote, arrivée à sa sœur ainée, que L. commence la présentation du livre, The Help, de Kathryn Stockett.

 

the_help


Ouais, bon, j'suis incapable d'écrire sérieusement, alors je vous explique: j'ai participé à une réunion d'un Book Club la semaine dernière, POUR LA BONNE RAISON (mon époux dirait que je rationalise, grrr... rappelez-moi de ne jamais épouser un psy  -  hum... trop tard), que comme tout le monde et son beau-frère lisent The Help, ici et ailleurs, je me suis dit que ce serait bien d'avoir des infos first hand, i-e par des nanas du sud qui ont vécu cette période de transition avant et après les lois dé-ségérationistes.

0149

En français

Donc j'arrive lundi matin, je subis l'entretien policier d'usage (t'es qui, ton mari fait quoi, t'habite où), j'ai même eu droit à and where is home?, une manière subtile et détournée de me demander d'où je viens, sans la faire hé, t'es d'où, toi, avec ton accent?, je réponds Paris, on sourit, on aligne ses trois pauvres petits mots de français, là c'est moi qui souris, on se gave de petits fours, brownies, meringues, chocolats, je ne souris plus et prends un café noir.  On fait passer des photos des arrières petits enfants de la doyenne du groupe, on parle des prochains livres à lire, on s'emmêle les pinceaux dans les dates, un moment, je pense voir la lumière blanche, mais je suis déterminée, alors je m'assieds et j'écoute.

0151

ummmm...


Et j'apprends que certaines femmes blanches de Jackson, Mississipi, (là où se déroule les évènements du bouquin), n'ont pas aimé le livre,  -- j'écoute avec d'autant plus d'intérêt, je participe peu, mais bien, puisqu'après l'une de mes réflexions, on me demande mon avis sans condescendance.  Je ne vous dévoile pas tout le continu de la réunion, pour ne pas vous gâcher la lecture de ce livre, qui, même s'il n'est pas un chef d'œuvre de littérature, est bien écrit, drôle parfois, et apparemment... historiquement crédible, j'ai vérifié pour vous, j'aime le risque, alors, au lieu de lire des panneaux stupides, procurez-vous ce premier roman de Kathryn Stockett.


Suggestion musicale du jour:

The Tallest Man on Earth

The Wild Hunt
 

Posté par Ariana Lamento à 22:51 - Permalien [#]