Alabama mon amour

C’est une démarche sans but, un blog comme ça. Pour écrire ce qu’une française peut ressentir après dix-neuf ans aux US, New York, Californie, Alabama… Alors enjoy, ou pas.

16 décembre 2017

Le prof part 2

Nous avons quand même assisté à un petit miracle ici, en Alabama.  Qui s'explique par le faiblard parti démocrate qui a quand même décidé d'énergiser ses troupes et ça a marché.  Roy Moore, lui, qui n'avait préparé qu'un seul discours pour l'issue de la soirée électorale, celui de la victoire, a lu un psaume qui n'avait pas grand chose à voir avec la choucroute, et maintenant il continue à prier, grand bien lui fasse.

Il n'a pas encore concédé, mais on s'en tape, Doug Jones est là.  Sans doute pas de recomptage, même si Moore peut se le payer, je doute que le parti républicain le soutienne financièrement dans cette aventure.

 

DONC, revenons à nos moutons.  J'avais un article tout prêt (enfin dans ma tête) sur le prof de français mais voilà qu'il a encore frappé et nous offre ça, un texte en français familier qu'il demande à ses élèves d'étudier pour l'examen de décembre (ici à partir de la 5ème les élèves ont trois jours d'examens de fin de semestre en décembre et en mai), pour apprendre quelques mots d'argot, ah ah, qui leur seront bien utiles quand ils auront fini de parler en alphabet phonétique au comptoir bagages de Roissy.

Tu me lis ça, je te le recopie texto, même les fautes d'orthographe (c'est pas les miennes, tu me connais), et après on en parle.

 

Régis: J'espère que c'est pas un boui-boui comme celui d'hier soir. Y était cradingue c'ui-là!

Nélie: T'inquietes pas! C'resto, y est d'première bourre.  Regarde comme c'est nickel!

Régis:  Ouais c'est vrai.  J'commence à avoir les crocs moi.  J'vais m'goinrer c'soir.  J'ai envie d'piquer d'la bidoche.

Nélie:  Moi aussi!  J'm'en lèche les babines d'avance!

Régis:  T'as vu ces prix-là?  Cent balles pour une boutanche d'brouille-ménage?  J'suis pas rupin, moi!

Nélie:  A mon avis, la boustifaille ici, è vaut plus qu'ça.  J'ai la pépie, moi.  Tu prends un apéro ou d'la moussante, toi?   V'là l'barman!

Régis:  C'guindal d'flotte, ça m'suffit pour picoler.

Nélie:  L'serveur, y pourrait toujours t'filer du caouah.  Qu'est-c'qu'y est devenu, au fait?

Régis: Génial! Pas d' douloureuse!

Nélie:  Et pas d'pourliche! S'y spointe pas en deux z'condes, j'vais faire figaro!

 

Je sais pas toi, mais le seul mot que j'ai compris c'est apéro.  Mon correcteur d'orthographe a fait un arrêt cardiaque.

Ce que je crois, c'est qu'il donne à ses élèves un texte qu'il a lui-même étudié en fac, que son prof a lui-même étudié en fac, que le prof de son prof a lui-même étudié en fac en 1924.

La flemmardise n'a pas de limites.  Et encore, tu sais pas la dernière.

 

Posté par Ariana Lamento à 00:33 - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    c'est à pleurer de rire (et à pleurer tout court)

    Posté par Adrienne, 16 décembre 2017 à 07:08
  • Pauvres futurs touristes américains qui vont dire boutanche et douloureuse à des français perplexes.

    Posté par Nathalie, 16 décembre 2017 à 08:02
  • Ce sont deux profs de français belges qui sont à l'origine de ce dialogue, inclus dans les exercices accompagnant une étude du texte de Daniel Pennac "Au bonheur des ogres". Cet exercice de style (si on veut être indulgent) est donc relativement récent et a été repris par nombre de sites internet souhaitant donner une idée de l'argot français (ou croyant le faire) comme le site de l'Université du Québec :
    https://oraprdnt.uqtr.uquebec.ca/pls/public/gscw031?owa_no_site=4002&owa_no_fiche=21
    Comme tout le monde, heureux de retrouver Ariana.

    Posté par Jean, 16 décembre 2017 à 17:39
  • Jean parait bien informé. C'est tout de même un exercice étonnant .

    Posté par legio, 17 décembre 2017 à 17:31
  • @ Adrienne: Pleure de rire, please...

    @Nathalie: C'est exactement ce que je me suis dis. Je ne montrerai pas ce texte à ma fille qui essaie d'avoir un français moins châtié que le mien quand elle rencontre ses cousins

    @ Jean: Excellente ta recherche! Je suis allée écouter, l'accent de Régis et Nélie ne se marie pas bien avec le texte! En tous cas merci d'avoir jeté une lumière sur ce texte incompréhensible, je préfère toutefois mon explication d'un texte de 1924. Merci d'être passé!

    @ Legio: Je comprends qu'on veuille expliquer quelques mots familiers aux élèves, mais il faut quand même un peu être au courant. Là c'est franchement ridicule.

    Posté par ariana lamento, 17 décembre 2017 à 18:19
  • Bon, Jean a donné l'explication. Mais j'hésitais entre Le petit Perret illustré par l'exemple, un sketch des Inconnus et San Antonio.

    Posté par Jackie Brown, 24 décembre 2017 à 07:01
  • En attente d'un nouvel épisode du prof de français !
    Reviens nous vite. Meilleurs vœux !

    Posté par H, 13 janvier 2018 à 22:59
  • oui, oui, j'arrive, je ponds...

    Posté par ariana lamento, 24 janvier 2018 à 15:41

Poster un commentaire